Rapports de la religion avec l'homosexualité dans ces pays

 

Le traitement des homosexuels a toujours fortement dépendu de l'Église. Les autorités catholiques ont une grande influence sur la pensée des chrétiens et les scandales a propos de l'homosexualité son fréquents.

Cependant, parmi les différents courants chrétiens, des nuances apparaissent dans les jugements donnés sur l’homosexualité et dans la façon de traiter la personne homosexuelle. L' Église Catholique est extrêmement hostile a l'homosexualité. En effet le "Catéchisme de l'Église catholique" romaine  , publié sous le pontificat du Pape Jean-Paul II ( 1978-2005) en 1992, et réédité sous sa forme définitive en 1997, note que les actes homosexuels sont considérés comme des « dépravations graves », des actes « intrinsèquement désordonnés », « contraires à la loi naturelle ». Ils « ferment l’acte sexuel au don de la vie », « ne procèdent pas d’une complémentarité affective et sexuelle véritable ». Actuellement, le Vatican fait pression sur les élus catholiques des pays qui édictent des lois en faveur des gays et des lesbiennes , comme l' accès au mariage ou l'acceptation de l'homoparentalité. Ces pressions étant assorties de menaces d' excommunication. De plus, le Pape actuel, Benoit XVI, a clairement dit dans son livre-entretien La lumière du monde publié en novembre 2010, que " l'homosexualité n'est pas conciliable avec la vocation de prêtre", interdisant donc aux homosexuels la pratique de la prêtrise. Récemment, le n°2 du Vatican, le cardinal Bertone, a affirmé que les scandales liés à la pédophilie sont causés par l'homosexualité et a chanté une messe homophobe: « De nombreux psychologues et psychiatres ont démontré […] qu'il y avait une relation entre l' homosexualité et la pédophilie ». Après ce discours, pour soutenir son confrère, le Pontife Giacorno Babini a terminé en disant que les gays étaient pire que des animaux qui, eux, respectent l'ordre de la nature et que l' homosexualité était « un vice obscène qui témoigne d'un déséquilibre ». Cela prouve la haine catholique envers les homosexuels (source: article de Luc Lebelge paru dans Le Monde).

 L'Église orthodoxe à la même attitude que l'Église Catholique envers les homosexuels et l'homosexualité, cependant les condamnations peuvent être parfois plus virulentes. L'église protestante n'a pas forcément une position unanime par rapport à ce sujet. En effet, dans certaines églises protestantes et anglicanes, l'homosexualité ne pose plus problème car des prêtres et des évêques homosexuels y sont ordonnés, comme Eva Brunne, homosexuelle et ordonnée évêque en 1978 en Suède, ou encore Gene Robinson faisant parti de l'Eglise protestante anglicane ouvertement Gay et ordonné évèque en 2003. Aussi, des pasteurs bénissent des unions de personnes du même sexe. L' Église luthérienne ( protestante ) a officialisé dans ses écrits la possibilité d'un accès au poste de pasteur ou d'évêque aux homosexuel. De nombreux diocèses protestants sont tout à fait enclins à accepté leur présence, mais, cela dépend encore des paroisses à Yverdon-Temple, Vevey, Mont-sur-Lausanne par exemple et pour ne citer que celles-ci, on critique les pasteurs homosexuels et interdit leur présence à ces postes.

 Que ce soit contre la tenue de Gay Prides, comme à Moscou où à Jérusalem, ou contre les projets de loi visant l’égalité juridique des homosexuel(le)s, les grandes religions (catholique, juive, musulmane, orthodoxe) savent oublier leurs oppositions traditionnelles pour se rallier et condamner d’une seule et même voix le mouvement homosexuel et toutes celles et ceux qui le soutiennent.

 

Deux pays fortement catholique, L' Irlande et l'Espagne n'ont pourtant pas la même conception des choses en matière d'homosexualité..

 D'un côté la République d'Irlande est composée de près de 88,4% de catholiques très croyants. Sa politique attache également de l'importance aux respect de la religion car sa constitution est en accord avec les pensées chrétiennes. Après de tels déclaration de la part du Vatican, on comprend que l' Irlande, profondément catholique et attachées au respect de ses règles soit peu encline à autorisé le mariage homosexuel.

 De l'autre côté, l' Espagne: dans un document rendu publique le 26décembre 2004, l'Église refuse le droit au mariage et à l’adoption pour les homosexuels et va à l’encontre du projet de loi voté par le gouvernement espagnol, elle affirme que “La tendance homosexuelle, même si elle ne relève pas du péché doit être considérée objectivement comme un trouble“. Lors de sa visite à Barcelone, le 7 novembre 2010, le Pape Benoit XVI a déclaré « L'amour généreux et indissoluble d'un homme et d'une femme est le cadre efficace et le fondement de la vie humaine », Ce jour là, il a d'ailleurs été victime d'insultes, venant de 200 homosexuels venus dénoncer par une ''séance de baisers » les ''discriminations » dont ils se disent victimes. La société espagnole est donc tiraillée entre modernité et tradition, marqué par la tradition catholique mais aujourd'hui à la pointe des réformes de la société décriées par l'Église.

"Scène de baiser" lors de la visite du Pape Benoit XVI à Barcelone, le 7 novembre 2010

 

Pourtant, tous les pays ne fondent pas leurs idées sur les pensées catholiques, comme aux Pays-Bas où la religion n'intervient en aucun cas dans l'intégration des homosexuels dans la société. Cependant d'autres pays a tradition laique, comme la France, restent peu enclins a considérer les couples homosexuels comme des couples à part entière. En effet, la France qui est pourtant un pays laique, a déja connu des désaccords au moment de l'adoption du PACS, avec par exemple a l'Assemblée Nationale, la député Christine Boutin qui avait brandit la Bible pour signifier son désaccord envers ce pacte.

Ces problèmes d'intégration proviennent surtout des mentalités de la population, qui n'évoluent pas ou très peu..

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site